Artboard 12
Peintre

Dorothée Louise Recker

Sans doute peut-on dire du travail de Dorothée Louise  Recker, pictural pour l’essentiel, qu’il développe un langage lié à une certaine idée de la nuance. Il est vrai que l’on rencontre, au détour de ses différentes compositions, des trames plastiques qui arborent une dimension indivise et brumeuse, comme si elles étaient marquées par une forme d’indétermination visuelle.

C’est ce que l’on constate dans les compositions à la texture granuleuse, mais aussi dans les dégradés qui quelquefois paraissent aériens, d’autres fois plus sourds. Les étendues colorées, parsemées de grains de sable, sont rugueuses ; leur contenance rappelle le papier de verre, mais présentées à la verticale et s’offrant à une vue frontale tout en investissant un format parfois conséquent, elles donnent le sentiment d’une fusion entre surface et profondeur, de telle sorte que le proche et le lointain en soient indissociables.

Julien Verhaeghe

Critique et commissaire d’exposition indépendant

Texte complet sur : artetcaetera.net

 

Inspirations