Artboard 12
Focus On

7.10.2018 - 09H35 par La peau de l’ours

Imago

Vous croyez voir l’image et Olivia Descampe vous répond imago.

Olivia Descampe nous met face à une image et c’est une histoire d’origine –recto– et d’étymologie –verso– qui nous vient.

Dance With me

Recto

Des décollages à partir de photos de magazine, icônes fanées d’une époque qui pourrait être celle de l’enfance d’Olivia Descampe.

Des personnages brouillés, aux regards souvent déchirés, comme des souvenirs incomplets retransmis sur un écran enneigé par une qualité de réception parasitée par le mauvais temps.

Le recto, c’est la définition de l’image en ce qu’elle fait la démonstration de n’être que l’apparence visible d’un être ou d’une chose, juste un aspect particulier sous lequel un personnage apparaît dans un décor.

Imago
Memories can wait

Mais Olivia Descampe nous invite à comprendre que l’image est une fausse piste, une représentation par la pensée, une évocation et un songe.  L’artiste veut nous montrer que ce qu’il y a à voir n’est pas visible. C’est tout l’art du collage dont les parties arrachées ou manquantes semblent être les pièces du puzzle indispensables à la compréhension de l’image.

L’artiste veut nous montrer que ce qu’il y a à voir n’est pas visible.

Verso

Car « image » tient son origine d’Imago, qui est l’état, après la mue et des métamorphoses, de l’insecte devenu adulte et sexué. La finalité de ce qui a été un long processus de développement avant l’envol du papillon.  L’image, comme un élément fini tirant son origine d’une accumulation de vies.

C’est le psychanalyste Carl Jung qui introduira la notion d’imago en psychanalyse pour désigner les représentations psychiques inconscientes ou non d’êtres proches du patient. L’imago se construit à partir des expériences vécues par l’enfant avec ses proches qui se mêlent au contexte culturel. L’imago est une survivance imaginaire et originelle qui agit comme un filtre permanent dans la relation avec le monde.

Imago
Imago

Le verso, la partie totalement caché de l’image présentée, appelle à l’inconscient collectif dans sa recherche d’un idéal inatteignable.

Et Olivia Descampe nous laisse à voir suffisamment d’éléments pour transposer nos propres imagos dans son univers.

Bruno Plantin-Carrenard