Artboard 12
Focus On

14.07.2021 - 17H06 par La peau de l’ours

La forme du vide

Le vase. Entre œuvre d’art et objet purement fonctionnel, cet élément est imprégné de multiples perceptions. Pour sa définition plus courante, il s’agit d’un contenant vaguement coloré permettant surtout d’y insérer un bouquet de fleurs qui fanera quelques jours plus tard. Toute la complexité de l’objet est balayée en quelques mots.

Le vase donne une forme au vide, disait Georges Braque.

Une définition nettement plus proche de la réalité de cet objet multimillénaire. Entre artisanat, design et art, la conception de vase a reçu de multiples dénominations à travers les époques. Objet archéologique par excellence, le vase offre de précieuses informations sur la société dans laquelle il a vu le jour. Maitrise des matériaux, utilisation complexe d’outils, riche iconographie, style élaboré, usage domestique, marqueur social, manifestation religieuse… La manière d’appréhender cet artefact est plurielle.

"La conception de vase a reçu de multiples dénominations à travers les époques"

Dans les mains d’artistes, cet objet devient un support de la pensée, le témoin d’une époque, un moyen d’expression, une proposition esthétique… Le vide prend forme. Cet élément devient le réceptacle de questionnements sur la société et notre temps. Interrogeant tour à tour notre rapport à la matière, au progrès, aux traditions ou encore à la richesse, les artistes utilisent cet objet comme un médium à part entière. Ses spécificités sont, tantôt exploitées, tantôt détournés, pour nourrir le propos de son auteur.

Les artistes et designers invités par La peau de l’ours se sont emparés des spécificités du vase pour en faire leur support et leur moyen d’expression. Le vase devient une sculpture, un récipient qui accueille un regard sur le monde.

Le vase donne une forme au vide.

Thibaut Waution