Artboard 12
Focus On

23.09.2021 - 14H54 par La peau de l’ours

Swimming Lessons

Face à cette vue, le temps n’a guère d’importance. Une minute devient une heure et une heure devient une minute. S’imprégner du lieu, de la lumière, de la chaleur, des sons…  Seul l’instant présent compte. Notre peau chaude caressée par les rayons du soleil, la douce brise qui transporte cette odeur saline, le paysage à contempler encore et encore sans une once de lassitude… La sérénité s’impose face à tel décor estival. D’aucuns cherchent à le rendre impérissable. Souvenirs et photographies laissent ensuite place à la nostalgie. En attendant l’année passée…

L’œuvre d’Adrien Belgrand apporte un supplément d’âme absent de toute photographie, allant jusqu’à transcender le souvenir pour créer une nouvelle expérience. Dans l’Art de l’oisiveté, Herman Hesse décrit la volupté de cette expérience comme étant la possibilité de conserver pendant des heures une parfaite sérénité intérieure et d’occuper son attention avec des choses apparemment anodines, telles que les lois régissant le vol des moustiques, l’oscillation rythmique des poussières visibles dans les rayons du soleil, le mouvement mélodique des ondes lumineuses. De cette expérience nait un étonnement accru face à la diversité des phénomènes observables et un oubli réconfortant, absolu, de soi-même…

À l’instar de ces instants particuliers, il est possible de se laisser envahir par la couleur, la lumière et la texture dont s’imprègnent les toiles d’Adrien Belgrand. Cette touche de poésie incite à la contemplation qui elle-même génère de nouvelles sensations et plonge le regardeur dans cette jouissance profonde produite par l’inutilité de ces moments. Ces tableaux deviennent à leur tour un moment suspendu dans le temps. L’impatience disparaît au profit de cette oisiveté si agréable. L’évasion fait place à l’immersion.

Les œuvres d’Adrien Belgrand abordent également un volet plus sociologique. Sans aucune approche critique, elles racontent la mode d’une période à la recherche de temps et de sérénité. Ce regard porté sur son époque évoque à leur manière les scènes de plage d’Eugène Boudin ou les baignades de Georges Seurat. Les œuvres d’Adrien Belgrand s’ancrent néanmoins dans le contexte actuel en employant un point de vue et un style résolument contemporains. Travaillant à partir de différentes photographies d’un même lieu, Adrien Belgrand réalise une synthèse de plusieurs moments qui le fascinent. Il est alors dans son atelier parisien. À la recherche du reflet du soleil sur l’eau turquoise, des rochers scintillant à la lumière, d’émerveillement…

Thibaut Wauthion